La menace de la pollution plastique et microplastique à l’échelle de la planète !

Le plastique peut être, esthétique, il est très pratique, flexible et très abordable à produire. Au début des années 50, la production annuelle mondiale de plastique est de l’ordre de 2 millions de tonnes. Depuis, nous avons produit près de 8 milliards de tonnes de plastiques, soit 822000 fois le poids de la Tour Eiffel ! Près de 4 milliards de tonnes ont été produits sur la période 2015 -2020. Le plastique met des milliers d’années pour se dégrader. Et pourtant, nous le déversons partout, dans les rues, dans les décharges, dans les rivières, dans les lacs, sur les plages, dans les mers, dans les océans, dans les parcs et forêts, dans l’air que nous respirons, etc.

Finalement, tout l’écosystème de la planète est pollué par le plastique et ses résidus. D’aucuns disent que nous plastifions notre planète et son écosystème, au lieu de nous battre farouchement pour les préserver. Les Américains( USA ), par exemple utilisent à eux seuls, ( ils sont 330 millions d’habitants ), 500 millions de pailles en plastique par jour. N’est-il pas possible de boire dans un verre réutilisable ? D’autant qu’une bonne partie de ces pailles se retrouve sur les plages et dans les océans, dans les parcs et forêts, etc. Mêmes dans les lieux exempts d’êtres humains, ( le sommet des montagnes isolées, les îles vierges d’humains et d’habitations, les eaux et forêts endémiques, les océans situés bien loin des côtes, etc. ) ! Et enfin, in fine, dans nos assiettes !

Puisque le plastique se décompose en microplastiques dans les eaux de la planète et dans l’air que nous respirons. Et aujourd’hui, il existe des continents de plastiques et de soupes de plastiques qui sont ingérés par l’ensemble des écosystèmes terrestres, il est plus que temps de réagir ! Les oiseaux, les poissons, les cétacés, les mammifères marins, les tortues marines, subissent tous dans leurs estomacs et dans leurs organismes une pollution plastique et de micro-plastiques.

À propos des pailles en plastique évoquées plus haut, l’une d’elles s’est un jour retrouvée coincée dans la narine d’une tortue de mer, il fallut la lui enlever au forceps, et non sans douleur.

L’homme est responsable de tous ses actes. L’utilisation du plastique, et surtout son absence de gestion en tant que déchet difficilement dégradable rend les industriels des secteurs concernés, les politiques, et les consommateurs responsables.

Sur le plan économique et commercial il s’agit là, d’une défaillance du système de production, qui recycle mal ses déchets. Puisque les déchets de plastiques ne sont pas revalorisés, ni traités, ni recyclés, et qu’ils sont tout simplement jetés dans la nature, d’où l’énorme pollution constaté.

On doit considérer que la production massive de plastique est un échec écologique, et économique, puisque ses déchets ne sont pas économiquement valorisés, et que ce produit bien que pratique, est défaillant, et présente un de défaut de conception par rapport aux concepts de la biodégradabilité, et de l’écolonomie ( économie circulaire ). Bien sûr, ce n’est pas le produit, en lui-même qui est défaillant, mais plutôt la gestion et l’utilisation massive et déraisonnée, que nous en faisons. Le point d’orgue de cette défaillance, étant l’insuffisance actuelle de recyclage et de traitement des déchets, à l’échelle locale et planétaire !     

Nous sommes tous responsables dans l’utilisation et la surconsommation du plastique à l’échelle internationale ! Nous sommes tous responsables de la très mauvaise gestion des déchets issus de l’utilisation massive du plastique. Certains prédisent, qu’à horizon 2050, d’ici 30 ans, si rien n’est fait, il y aurait plus de plastiques dans les océans que de poissons. Autant dire que la proportion de micros-plastiques dans nos corps, ainsi que les maladies y afférents vont augmenter de façon exponentielle.

Pour contrer tous ces problèmes environnementaux et de santé publique liés à l’utilisation massive du plastique et la production massive de déchets plastiques, le législateur devrait promulguer des lois qui encadrent davantage la prolifération des déchets plastiques. Les producteurs de plastiques et les industries consommatrices de plastique sous toutes ses formes, devraient assurer le SAV de leurs produits et productions, en favorisant le recyclage en circuit fermé du plastique qui est extrêmement toxique pour la planète !

En Allemagne par exemple les bouteilles en plastique sont consignées et recyclées pour être réutilisées de façons diverses et quasi infinies.

Et, il existe aussi des matériaux de substitution au plastique, on peut produire des pailles, en pailles végétales, organiques et biodégradables. On peut fabriquer des sacs-poubelles et des sacs pour faire des courses en amidon de maïs. Les sacs de courses peuvent aussi être en textiles biologiques, réutilisables, et recyclables !

Le plastique est substituable, la recherche et développement doivent permettre aux pays de l’OCDE, premièrement de proposer, si on le veut, des alternatives au recours systématique au plastique et à la pétrochimie. Les pays et les gouvernements devraient légiférer pour durcir les lois concernant le traitement des déchets, et plus particulièrement ici, le traitement des déchets plastique. Il ne devrait plus être question d’exporter les déchets plastiques vers d’autres continents pour leurs « traitements ». La terre est un circuit fermé et fini, dans lequel l’effet boomerang est permanent.

L’Union Européenne, de par son unicité est aujourd’hui, la seule institution suffisamment dynamique et proactive pour engager des changements clivant, responsables, et historiques dans la gestion des déchets plastiques. De plus, il faut absolument, que les déchets en général et les déchets plastiques produits en Europe par exemple soient traités et recyclés en Europe pour réutilisation des déchets recyclés et revalorisés en Europe.

L’Europe, l’Union Européenne ont l’obligation et la responsabilité de faire de grandes choses dans le domaine du traitement et du recyclage des déchets plastiques et autres. Ils peuvent être un véritable moteur pour le reste du monde, dans ce domaine !

Le citoyen et consommateur, quant à lui devrait être en veille sur cette thématique, et inciter les politiques qui le représentent, à exiger des solutions viables, pour contrer la prolifération des déchets plastiques et autres déchets, qui empoisonnent insidieusement la planète et l’homme qui y habite !

Par ailleurs, il faut encourager les initiatives économico-écoresponsables comme celles de The Plastic Bank, qui fait collecter les déchets plastiques par les habitants des zones concernées, contre une rémunération. Ainsi, en Haïti, en 2015, 3000 tonnes de déchets plastiques ont été ainsi récoltés et recyclés !

Les habitants ont pu ainsi gagner, grâce à cette pratique écoresponsable et bonne, 1 million de dollars US, pour vivre !

Le marché du recyclage du plastique est estimé à 4 milliards de dollars US. Cette démarche utile et favorable à l’environnement planétaire est économiquement rentable pour tous ! Autant dans le tiers monde que dans les pays développés. Des créations d’emplois sont également à la clé !

Alors battons-nous pour recycler non seulement les plastiques, mais aussi les autres déchets, tous les déchets, que l’homme produit, et qui finissent, pour l’heure, dans la nature !

D’ici à 2050, on estime la production de plastique et autres dérivés à 12 milliards de tonnes, pour un marché du recyclage des plastiques estimé à 6 milliards de dollars US. Le potentiel de croissance du traitement des plastiques et de ses dérivés est un marché non négligeable !

Alors, on a tous intérêt, partout sur Terre, à se saisir de cette opportunité pour assainir nos villes, nos campagnes, nos forêts, fleuves, nos océans, nos plages etc. ! Car nous sommes tous, individuellement et collectivement responsables du futur de la planète. De plus les consommateurs que nous sommes tous, pouvons déplacer des montagnes, en exigeant des industriels et des politiques, une gestion du plastique respectueuse de l’environnement !    

Signatures de pétitions en faveur du recyclage des déchets plastiques et des alternatifs au plastique et ses dérivés polluants cf ci-dessous !

RÉDUISONS LA CONSOMMATION D’EMBALLAGES PLASTIQUES

Pour en finir avec les emballages plastiques à usage unique. #zeroplastique

Coca-Cola : nous ne voulons plus de bouteilles en plastique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *