Être parents en 2020, élever un enfant en 2020

Être parents en 2020, élever un enfant en 2020!

Prostitution des mineurs en France, plus de 10000 mineurs concernés par ce phénomène en France en 2020

De nos jours, la croyance en Dieu, la morale, et l’éthique sont les seules choses qui nous éloignent des perversions. Pour nous-mêmes, et pour les enfants que nous élevons. Les enfants répliquent souvent ce qu’ils voient, ils s’inspirent souvent des modèles de leur environnement immédiat, leurs parents, ou les autres…

Soit c’est nous qui les élevons, soit c’est la rue qui s’en charge. Comme le dit NTM, « LAISSE PAS TRAINER TON FILS« . On peut ajouter, « LAISSE PAS TRAINER TA FILLE » « SI TU NE VEUX PAS QU’ILS GLISSENT« . Cette chanson date de quelques décennies, maintenant, mais le problème est toujours d’actualité.

Comme le chantait Daniel Balavoine, « la jeunesse est une douleur si ancienne, en manque de compréhension, qu’il faudrait avoir pour elle de la compassion« .

Les jeunes resteront les jeunes, les parents seront toujours les parents, pour la plupart en déphasages avec leurs enfants mineurs. Cependant, de nos jours, la technologie est venue amplifier les choses. Les téléphones portables, les réseaux sociaux, sites de rencontres, les téléréalités, la marchandisation du corps, en mode télétravail, en live, via des interfaces, des plateformes, ou en physique, à la demande.

Les parents ont perdu leurs gosses, même quand ils sont avec eux, chacun est ailleurs, perdu dans son portable, sur la toile, dans les applis, sur les plateformes des GAFAM, dans les méandres du monde numérique.

Il est question de transformation numérique. Qu’attendons-nous pour mettre de la morale, de l’éthique, de la responsabilité, et des gardes fous, là où il suffit de déclarer que nous sommes majeurs pour être majeurs. Souvent il suffit de cocher une case, n’importe qui sachant lire peut le faire, même si l’enfant ne comprend pas vraiment les implications et impacts de cet acte.

Les adultes, le législateur, les créateurs d’écosystèmes du type réseaux sociaux doivent mettre en place des solutions pour protéger les enfants mineurs, et jeunes adultes parfois, contre les dangers du cyber world.

Actuellement, les solutions proposées sont défaillantes, les réseaux sociaux sont défaillants, car ils exposent la jeunesse à des choses malsaines qui rendraient n’importe qui instable!

Les parents ont aussi, comme de tout temps, un rôle capital à jouer auprès de leurs rejetons. Il faut absolument qu’ils les éduquent avec des valeurs éthiques, morales, et religieuses, ou les trois ensemble, c’est encore mieux. Il faut impérativement aussi que les parents discutent et soient proches de leurs rejetons. Il faut que les parents et les enfants aient des références solides pour affronter le monde complexe et mouvant qui est le nôtre. Il faut que les parents aient un minimum de contrôle sur les enfants, et sur les technologies qu’ils utilisent. Les parents doivent savoir ce que leurs enfants font de leur temps et leur temps libres, sans que cela débouche sur un espionnage continu.

C’est un subtil mélange entre confiance et contrôle, liberté et contrôle, responsabilité de l’enfant et contrôle de la part des parents, etc. Et surtout les parents doivent fixer les cadres de la cyber vie de leurs enfants, et avoir dans la mesure du possible un minimum de contrôle sur celle-ci. Il faut savoir que la plupart des concepteurs des réseaux sociaux et tous leurs outils « d’accaparations du temps » interdisent à la plupart de leurs rejetons d’utiliser les réseaux, ou d’en limiter l’utilisation. Car ils ne connaissent que trop bien la perversité de ces outils et des ravages qu’ils opèrent sur la société, les familles et les jeunes. ( The Social Dilemma ) Netflix.
Tout ça pour dire que si nous ne voulons pas que nos jeunes soient complètement à la masse, et qu’on les ramasse à la petite cuillère. Il faut que tous les acteurs de la société, à commencer par les parents soient mobilisés pour offrir un cadre de vie sans danger aux enfants. Un cadre de vie, où ils ne soient pas exposés à des choses qui ne tiennent pas compte, ni de leurs âges, ni de leurs vulnérabilités.

Internet doit changer et s’adapter aux enfants. Il doit les protéger. Les réseaux sociaux doivent changer et bannir les mineurs de certaines plateformes. L’accès à certaines plateformes en ligne doit être renforcé par des contrôles plus poussés concernant les mineurs.

Aujourd’hui, élever un enfant en 2020, est un véritable enjeu de société, les parents sont de plus en plus dépassés, et il n’y a pas réellement de solutions miracles. Il faut, nous semble-t-il, tout d’abord privilégier la proximité et le dialogue avec ses enfants. Et comme de tout temps, les fréquentations de nos enfants comptent, ils faut chercher à connaître, si possible, la plupart de leurs amis, sans être invasifs.
Limiter et conditionner les accès aux téléphones portables et aux réseaux sociaux etc. Pouvoir accéder, et contrôler ceux-ci, si nécessaire. Et surtout, il faut par-dessus tout établir une vraie relation de confiance avec ses enfants, et ne pas avoir de sujets tabous avec ceux-ci, etc.

La liste des choses à faire pour ne pas être en situation d’échec en tant que parents est infinie, tout à fait relative, et non exhaustive. Mais dans le monde dans lequel nous vivons, la responsabilité des parents est plus que jamais, la clé de voûte de la construction harmonieuse des enfants, que nous mettons au monde. Et plus que jamais, chaque parent doit être attentif au quotidien, à la trajectoire que prend son enfant, dans un monde sans cesse en mouvement, et où la data, les données nous submergent de toute part!
Notre seul recours, c’est Dieu, les parents, l’éthique, la morale, la société dans son ensemble, et les prises de conscience des GAFAM pour adapter leurs concepts/produits aux âges et sensibilités des mineurs qui ne sont pas que des produits/utilisateurs, « monétisables » à souhait!


Suprême NTM – Laisse pas traîner ton fils (Clip officiel)


Petite Angèle : Daniel Balavoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *